Histoire

Le toponyme de BERNEVAL vient de VAL BRITANNIQUE.

Au IVème siècle, les généraux romains recrutèrent des soldats de Grande Bretagne et les installèrent dans des petits postes de surveillance pour avertir la population d’une éventuelle invasion. Notre village en possédait un en haut des falaises.

Les siècles passant, avec toutes les déformations phonétiques et écrites, le toponyme BRITTENVALLE sous Pépin le Bref et Charlemagne (775-800), deviendra BRINEVALLIS en 832 sous Louis le Débonnaire, BERTINEVALLIS sous Charles le Chauve en 862 et enfin BERNEVAL.

Au VIIème siècle, les moines envoyés par l’Abbaye de Saint-Denis installèrent un prieuré pour essayer d’évangéliser les habitants. En 841, la région était si florissante, grâce aux moines, qu’elle attire les pirates venus du Nord, les Vikings, qui abordèrent notre rivage, semant la terreur et la mort.

En 960, les moines de Saint Denis furent chassés par un évêque, Allemundus, pour récupérer leurs terres. En 968, les moines, après avoir, à leur tour, chassé l’évêque ambitieux, s’installèrent à nouveau pour agrandir leur territoire et construire un manoir dit des « Quarante Acres ».

En 1284, les moines échangèrent leur domaine contre celui de Guillaume de Caletot qui habitait à Mont Mélient, près de Paris. Les Caletot y restèrent jusqu’en 1346. Les terres passeront aux mains de Charles de Montmorency, des seigneurs d’Estouteville et de Valmont, pour finir dans celles des Grimaldi, Princes de Monaco, jusqu’à la révolution.

Les habitants de Berneval

Les habitants vivaient dans des masures faites de colombage aux murs de terre et le toit couvert de chaume et travaillaient pour la plupart les champs des alentours. D’autres étaient pêcheurs, puisque Berneval était considéré, à une certaine époque, comme l’un des plus grands ports d’échouage de la région, dans le même style qu’Etretat.

Un peu plus tard, quelques uns de ces pêcheurs allèrent sur les bancs de Terre Neuve où certains perdirent la vie. Il y avait également pour les plus aisés des maisons en brique dont on peut encore en voir quelques unes.

La plus grande partie du village fut détruite au cours de la dernière guerre, notamment par les bombardements des 7 Octobre (destruction de la Chapelle Notre Dame de Liesse), 25 Avril 1944, 8 et 9 Mai 1944, et surtout du 3 Juin 1944 où il serait tombé environ 3500 bombes rasant à tout jamais 182 maisons dont 6 hôtels, l’église et de magnifiques villas de riches Parisiens, les autres furent en partie démolies et quelques unes resteront debout. Une grande partie de l’histoire du village disparut sous les décombres.

Au cours de cette guerre, la plage de Berneval fut l’un des lieux de débarquement de la force anglo-canadienne lors du raid sur Dieppe, le 19 Août 1942. Les hommes du Commando n°3 débarqués sur « Yellow 1 », la plage du Petit Berneval, parvinrent difficilement au sommet des falaises, sans pouvoir remplir leur mission. La majorité fut tuée, dont un Français des FFL, le SM Serge MOUTAILLIER, les, autres furent faits prisonniers. Ceux qui débarquèrent sur « Yellow 2 », au lieu dit du Fond de Belleville ou le Val au Prêtre, remontèrent à travers champs attaquer la batterie « Goebbels », empêchant les artilleurs de régler leurs tirs sur les plages de Dieppe où le gros du débarquement avait lieu. Ce groupe pu reprendre la mer sans perte pour regagner Newhaven.

Personnalités
Livre Berneval à la belle époque
Guerre 14-18
Guerre 39-45

| Designed by: seo company | Thanks to seo services, seo company and seo company